Prière à ? pour un MEN sérieux et conséquent

Par 002429 - 04 févr. 2018

Précision : Le sérieux est simplement l'adéquation entre les actes et les objectifs, le tout peut se faire dans une franche rigolade.

Quelques observations actuelles qui montrent qu'il n'y a ni pilote, ni compétence, ni loyauté à l'égard des PERDIR (tout PERDIR apprend très vite que la notion de loyauté a un caractère assymétrique).

Nous travaillons sur la DHG  et qui nous met des batons dans les roues?
- une circulaire sur les LCA, qui contrevient au droit, qui parait une semaine avant la remise du rapport d'IG au ministre sur le sujet, le tout alors que le travail de ventilation de la DHG a commencé
- un arrêté du 09 janvier 2018 sur les chorales paru au J.O. du 02 février 2018, modifiant l'arrêté relatif aux enseignements au collège, toujours dans la période où les PERDIR travaillent à la ventilation de la DHG
-l'arrêté du 19 mai 2015 relatif aux enseignements au collège, paraît dans sa version consolidée au 02 février 2018, mais n'intégre pas l'arrêté du 09 janvier, paraissant lui aussi au même J.O., le tout faisant confusion et alimentant conflits au sein des EPLE
- Une part d'HSA supérieure à ce que nous pouvons consommer si on applique le texte (tout enseignant à temps plein peut refuser un service comptant  plus d'une HSA)
- une dotation horaire transmise officiellement par courriel le 02 février avec une remontée du TRM a faire avant le 21 février, au mépris du décret 1985 modifié qui prévoit conseil pédagogique, commission permanente, CA, éventuellement deux, voire éventuellement 4 si les membres s'amusent à jouer avec le quorum soit au total la nécéssité d'un déroulé sur au moins 45 jours

Etablissons un recueil de toutes ces sottises et attribuons un bonnet d'âne à qui de droit.

Une dernière, pour le fun : 
Pas moins de 5 ministre (économie et finances, travail, education nationale, agriculture et alimentation, enseignement supérieur et recherche) viennent d'écrire aux recteurs au sujet de la 8ème édition de la semaine de l'industrie, certains recteurs relayant vers les chefs d'établissement.
Lisez la dernière phrase du texte "Vous serez attentifs à ce que le programme des manifestations locales inclue des évènements de sensibilisation à...."
Que faut-il conclure?
Que les ministres ne savent pas ce qu'ils signent?
Que les recteurs ne lisent pas les ministres?
Que les recteurs, dans un grand élan de loyauté (je veux dire déloyauté), se dépèchent de transmettre le courrier avec la coquille aux chefs d'établissement?

Aors, on les établit ces états généraux des inconséquences du MEN?
 

***
 
 
SNPDEN UNSA, le syndicat national des personnels de direction de l'éducation nationale
principaux, proviseurs, adjoints, lycées, collèges, enseignement secondaire et supérieur, ERPD, EREA
21 rue Béranger, 75003 Paris - tél. 0149966666 - Fax 0149966669 -
mèl : siege@snpden.net - © SNPDEN