CRETEIL – CR Réunion Audio Recteur 24 03 2020

Publié le

INTERVENTION DU SNPDEN-UNSA CRETEIL

Réunion avec le Recteur du 24 mars 2020

S. VOLPOËT, Secrétaire académique

« Le SNPDEN-UNSA Créteil vous remercie monsieur le Recteur pour vos messages de soutien des personnels. Ces messages reconnaissent l’investissement de tous les personnels mobilisés et le rôle essentiel que les personnels de direction ont dans cette gestion de crise, en particulier, dans la continuité pédagogique et administrative.

Monsieur le Recteur, nous savons que pour de nombreux sujets, vous aussi vous êtes soumis aux directives, néanmoins, nous souhaitons vous transmettre nos inquiétudes pour que vous puissiez y apporter réponse ou transmettre au Ministre.

Cette situation inédite du COVID 19 met à l’épreuve notre pilotage en situation de crise dans tous les services : du Rectorat aux EPLE, en passant par les DSDEN et le Ministère. Il nous appartient à tous d’assurer l’essentiel ; mais qu’est-ce que l’essentiel ?

Par exemple, les personnels de direction ne disposent toujours pas de documents officiels de circulation issus du rectorat même s’il semble que certaines DSDEN en ait fournis pour les personnels non logés.

Pour nous, chefs d’établissement, les priorités sont multiples, comme celles des services du rectorat et des DSDEN, nous ne l’ignorons pas : il s’agit pour nous de gérer les personnels des collectivités territoriales qui reçoivent ordres et contre-ordres de leur tutelle, maintenir un lien avec les élèves, les professeurs, les parents… le tout en maintenant ouvert nos établissements que la presse, la police et les Ministres considèrent pourtant comme fermés…

Pour nous, la priorité est claire, à l’exception des établissements réquisitionnés 24/24 et 7/7 et des établissements qui accueillent des enfants de personnels soignants en journée : dans le cadre demandé par l’Etat mais avec les moyens dont il dispose, il appartient à chaque chef d’établissement d’organiser son propre service :

  • Modalités d’information des élèves et des familles
  • Modalités de recueil de leurs demandes : ainsi s’il y a un répondeur en loge et que celui-ci est consulté régulièrement, il n’est pas nécessaire de répondre à chaque appel au moment où celui-ci est passé, l’essentiel c’est le suivi des demandes et le rappel des interlocuteurs. Il n’est pas question pour le chef d’établissement d’être en loge toute la journée.
  • Modalités de contact avec les personnels

Le SNPDEN-UNSA Créteil s’interroge sur l’objectif du « Fichier départemental de suivi RH des EPLE ». Le sentiment partagé par les personnels de direction, c’est qu’en situation de crise, certains l’ont vécu avec les E3C, nous passons notre temps à compléter des tableurs Excel… sans vraiment voir l’intérêt dans la gestion des priorités du moment ou du moins sur leur résolution.

Les professeurs sont amenés à profondément modifier leur approche pédagogique ces derniers temps ; nous devons les soutenir et rester en contact avec eux car nous sommes les premiers pédagogues des établissements. Nos collègues IPR et IEN doivent absolument continuer les propositions d’outils pédagogiques, car nous avons besoin de ces supports. C’est là aussi notre priorité

En France, les CAF sont fermées, les bureaux d’accueil des sécurités sociales sont fermés, les Pôles emplois sont fermés, les DSDEN et les Rectorats n’accueillent plus les usagers, seuls les écoles et les EPLE sont encore l’un des seuls services publics à être ouvert, bien sûr avec les hôpitaux.

Cela nous parait normal, mais nous ne pouvons pas assurer un fonctionnement comme si tout était normal : compléter des enquêtes, remonter des documents dans des délais… Nous recevons aujourd’hui un constat d’un pourcentage trop faible de saisie des intentions d’orientation des 2nde par exemple. Le SNPDEN-UNSA Créteil vous demande officiellement si ce n’est pas une plaisanterie !

Où est l’essentiel ? Nous ne pourrons pas tout tenir !

Monsieur le Recteur, nous sommes face à une autre injonction contradictoire : d’un côté, un Ministre de l’Education qui demandent aux perdirs de signer des autorisations de déplacement, certes limitées mais qui incitent à sortir de chez soi, un Ministre de l’Agriculture qui nous demande d’aller travailler dans les champs, et de l’autre un Président de la République, un Premier Ministre, un Ministre de l’Intérieur et, surtout, un Ministre de la Santé qui nous disent : « Restez chez vous ».

Dans certains secteurs, on demande aux personnels de direction de permettre des réunions des directeurs d’école avec des parents, des IEN… dans les établissements.

Ces consignes, associées au tableur Excel, nous interrogent sur la politique du chiffre et de l’apparence, au mépris de la santé du public et de la santé des personnels de direction.

Le SNPDEN-UNSA Créteil a à cœur de ne pas creuser les inégalités entre les élèves. Nous demandons donc, quoi qu’il en coûte, la réquisition de matériel informatique que nous remettrons aux élèves gratuitement et la fourniture de clé 4G. « Quoi qu’il en coûte » a dit le Président de la République. Voilà une priorité claire qui relie deux essentiels : la santé et la continuité pédagogique et un geste que les médias en plus apprécieront… Nous vous laissons le soin de transmettre au Préfet et au Ministre cette demande locale essentielle et qui correspond au besoin de notre académie.

La remise de ces matériels ou du papier, si c’est le choix de nos collègues, doit néanmoins se faire dans le strict respect des gestes barrières avec un équipement fourni aux EPLE qui pour la plupart ne dispose plus de gel hydro-alcoolique, de gants, et de masques.

Le SNPDEN-UNSA Créteil tient à honorer tout particulièrement les personnels de direction des collèges qui doivent assurer un accueil des personnels des secteurs stratégiques ainsi que ceux qui accueillent 24h sur 24h les enfants de ces personnels.

Mais nous nous interrogeons sur le respect de leurs conditions de travail. Qui va assurer les permanences nuit et jour ? Si la solidarité de district se met en place, cela sera-t-il suffisant dans le temps ? Que va-t-il se passer pendant la période des vacances scolaires ? Un relai des communes avec les titulaires du BAFA est-il prévu ? Les agents des conseils départementaux travailleront ils ?

Ces mêmes questions renvoient aux internats réquisitionnés par la présidente de Région avec la mise à disposition pour l’Etat de 9200 lits dans les lycées pour les personnes sans-abri ou pour les malades en convalescence permettant de libérer plus rapidement des lits à l’hôpital.

Cela suscite de nombreuses interrogations, et, pire d’inquiétudes car si la mesure nous parait généreuse dans la période difficile que nous connaissons, cette décision ne va pas sans poser de nombreuses questions :

  • Quel sera exactement le public accueilli ?
  • S’il y a effectivement occupation des chambres d’internat, qu’en sera-t-il des affaires personnelles des étudiants ? Juridiquement, en effet, les chambres sont considérées comme des espaces privés.
  • Qu’en sera-t-il du rôle des personnels de direction ? A qui reviendra la responsabilité d’assurer la sécurité des biens et des personnes ?
  • Qui encadrera, qui organisera le service et avec quels agents ?
  • Qu’en sera-t-il des enfants de soignants que certains d’entre nous accueillent tous les jours ?
  • À partir de quand et pour combien de temps accueillerons-nous ces personnes ?
  • Qui les nourrira ? Qui gérera les entrées et les sorties de l’établissement ?
  • Qui gérera la nuit et le jour, leurs déplacements au sein de l’établissement ?
  • Qui fournira les draps, qui s’occupera de leur changement et de leur entretien ?
  • Comment, en parallèle, gérer les personnels logés et leurs familles ? Qui, de surcroit, travaillent dans l’établissement.
  • Les sanitaires étant souvent communs, faudra-t-il les séparer ?
  • Qui va assurer le ménage et la désinfection des chambres et des sanitaires avant, pendant et après l’occupation des chambres ? (Actuellement le personnel logé disponible est très insuffisant).
  • Nombre d’internats ont des locaux totalement imbriqués avec les autres locaux du lycée (salle de classes, réunions, logements…) et ne peuvent en être isolés, quelle peut être la solution ?
  • Enfin, il nous semble important que les parents d’élèves soient également consultés sur cette question.

Un courriel vient d’être adressé aux chefs d’établissement qui accueillent un internat et qui reprend ces questions, en les posant aux personnels de direction. Nous avons décidemment réponse à tout !

Nous sommes également surpris, voire inquiets, que la Région puisse disposer de nous. Y-aurait-il dans le plan d’urgence sanitaire adopté hier un nouvel acte de décentralisation qui nous aurait échappé ?

S’agissant toujours de la région Ile-de-France, sachez que nous avons adressé un courrier à la Présidente Valérie Pécresse lui rappelant que les chefs d’établissement sont les représentants de l’État et de leurs conseils d’administration. La Directrice des Ressources Humaines n’a pas, sous prétexte d’entretenir les lycées, à donner des ordres au-dessus des chefs d’établissement.

Aussi, l’ordre pris de libérer tous les agents le premier jour de « fermeture des établissements » sans prendre attache avec les chefs d’établissement, a conduit à un rétropédalage malencontreux et qui dénote d’une gestion brouillonne d’une situation pourtant très grave.

De même, demander aux agents de recenser des masques… qui, en droit, n’appartiennent pas à la Région, sans concerter les chefs d’établissements est du même ordre. Si recensement et réquisition il doit y avoir, ils sont ordonnés par le Préfet et organisés par le chef d’établissement, représentant de l’État. Dans un État de droit, ce sont les règles et l’ordre qui permettent de gérer une situation critique, pas la précipitation et le désordre.

Nous avons adressé ces remarques à la Présidente de Région mais elles valent aussi pour les accueils en collège 24/24 7/7… mais doivent, s’agissant de réquisition préfectorale, être résolues par l’Etat en lien avec vos services.

S’agissant de nos autres essentiels, l’exigence des familles est forte s’agissant de la continuité pédagogique. Nous recevons différents messages soit pour demander plus de travail, soit d’en demander moins.

Le SNPDEN-UNSA Créteil rappelle que la continuité pédagogique offre forcément un service dégradé d’enseignement. Il ne faut faire croire à personne que la situation est satisfaisante. C’est un pis-aller qui ne sera jamais parfait.

Les perdirs ne doivent pas se mettre une pression excessive, les professeurs non plus. Il faut faire avec les moyens du bord.

Nous nous concentrons actuellement sur cette question qui n’est pas sans poser de problèmes techniques. Ces défaillances ont conduit à l’utilisation d’application peu « RGPD » (discord, WhatsApp…). Pour autant le SNPDEN-UNSA Créteil considère que la fin justifie les moyens dans cette situation. Il nous appartiendra à tous, une fois la situation revenue à la normale, de veiller à la suppression de ces comptes. Il faut aussi que les moyens officiels type CNED soit sécurisé, on trouve sur Internet des vidéos.

D’ailleurs dans cette perspective, l’annonce de stage de révisions en juillet et août suscite un flot de courriels et messages : comment ? pour qui ? 

Nous répondons que nous attendons les informations… on a déjà fait mieux en terme de loyauté mais que répondre d’autre ? Nous attendons aussi les modalités d’examen… Il faut absolument des annonces sur les allégements des programmes, les modalités E3C2 et E3C1… car nous sommes tous les jours assaillis de questions sur ces sujets ; à juste titre.

Il ne sera pas question de demander aux chefs d’établissements déjà essorés par ces deux années de réforme et de conflits de maintenir les établissements ouverts ! Les professeurs sont aussi très sollicités en cette période ; le télétravail n’est pas si simple à gérer. L’OMS a établi des conseils impossibles à mettre en œuvre pour le moment pour les chefs d’établissement. Il faut rester attentif à vos personnels de direction, plus que jamais, ils sont isolés !

Notre priorité essentielle est aussi de mobiliser les élèves absentéistes en temps ordinaire en lien avec les professeurs et les CPE, auxquels s’ajoutent ceux qui ne répondent pas au travail envoyé par leurs professeurs.

A cette fin, comme pour d’autres, des personnels ont demandé l’activation d’une clé OTP via l’application Smartphone à la DSI. La réponse apportée est la crainte de la saturation. Il faut absolument que les personnels que nous aurons désignés, si la situation dure, puissent accéder à la base élèves à distance…

La réponse de la DSI est que seul les perdir ont une clé OTP et qu’ils craignent la saturation (?), mais ils devaient en parler à leurs supérieurs…

L’inquiétude est grande aussi s’agissant de la santé financière des GRETA et de leur nouvelle organisation à distance. La Dafpic a organisé des réunions sans convocation des personnels de direction. Le SNPDEN-UNSA Créteil dénonce ce pilotage.

Du coup, les CFC prennent des initiatives sans accord des perdirs : certains réclament même des heures supplémentaires pour monter les dispositifs de stage à distance.

Nous avons besoin, de clarification pour les opérations collectives pour nos enseignants et personnels en cours :

  • Mutations des professeurs : modalités de signature…
  • Promotions des professeurs : dates maintenues…
  • Quid des PPCR ?

De même, le SNPDEN-UNSA Créteil demande que les évaluations de personnels de direction soient ajournées et que les demandes de rapport d’activités soient reportées.

Plus que jamais, en période de crise, nous avons tous besoin de nous concentrer sur l’essentiel.

Enfin, autres priorités, la pénurie de masques dans les établissements de santé. Certains EPLE n’en ont pas mais d’autres en disposent. N’est-il pas une priorité pour les services de l’Etat de les récupérer ? »

REPONSES A NOS INTERROGATIONS ET REMARQUES

Réunion avec le Recteur du 24 mars 2020

D. AUVERLOT, RECTEUR

S. THIRARD, SECRETAIRE GENERALE

Y. BLONDEL, DIRECTEUR DE CABINET

Sur les questions RH – Conditions de travail

  • Un numéro d’appel va être mis en place pour les personnels en difficultés psychologiques dans le cadre de ce confinement avec des psychologues du travail.
  • Le Recteur nous demande de prendre contact avec nos professeurs pour savoir comment ils se portent ; il nous demande de lui signaler tout personnel de direction qui serait en souffrance. Il appelle personnellement 10 perdirs chaque jour.
  • Les masques sont réservés aux personnels soignants
  • Le Ministre a rappelé qu’il ne souhaitait pas toucher au calendrier des vacances scolaires.
  • Le Recteur s’oppose à la tenue de réunion ou rendez-vous dans les établissements ; rien que le nécessaire
  • Le Recteur indique que la saisie de certains tableaux de remontée lui sont demandés par le MEN
  • Le Recteur est en accord sur les modalités d’organisation propre laissées à chaque établissement. « Je ne demanderai pas à un chef d’établissement de faire la loge toute la journée »
  • Pour les stages d’été, le Recteur n’a aucune informations
  • La SG travaille avec la DSI pour voir si le télétravail peut être facilité sur les applications MEN (en se passant de la clé OTP)

Sur la continuité pédagogique

  • Le Recteur salue le travail des enseignants et celui des personnels de direction. Il sait que toutes les solutions ne sont pas RGP compatibles mais qu’il s’agit surtout d’être efficace.
  • Les IPR ont été sollicités pour donner des conseils pédagogiques aux chefs d’établissement, mais pas un contrôle de qui fait quoi.
  • La Région travaille actuellement avec Orange pour fournir des clés 4G aux élèves sans connexion
  • La distribution de matériel informatique en stock est une bonne idée mais aucun stock n’existe à la Région et dans les départements
  • La Préfecture travaille pour chercher des volontaires hors MEN pour assurer les établissements d’accueil pendant les vacances scolaires en lien avec les collectivités territoriales

Sur les calendriers (examens, concours, opérations collectives)

  • La date de mutations des personnels de direction est maintenue. Le Recteur annonce un large mouvement.
  • Les aménagements des examens sont en cours d’étude au niveau du MEN
  • Les modalités des opérations collectives sont à l’étude ; par exemple, les confirmations de mutations ne nécessiteraient pas notre signature mais nous serions mis en copie pour information ; la SG se renseigne pour les fins de suppléances pour les contractuels. Le Rectorat dépend aussi du calendrier national.
  • Pas d’informations sur PPCR en cours…

Sur la situation des Greta

  • Une visio doit être organisée toutes les 48h avec les ordonnateurs, présidents et comptables des Greta autour de la DAFPIC

Pour les masques disponibles en établissement

  • Le Recteur et la SG nous conseillent de contacter directement l’ARS si nous sommes en possession de masques disponibles pour qu’elle les récupère et les répartisse selon ses besoins.