Article rédigé par Françoise Alard-Dolques, Commission Carrière ESN

Revue L’Essentiel, Mai 2020

Vous commencez une autre carrière ! Bravo ! Vous avez fait un choix et vous voilà déjà dans l’obligation de vous positionner pour obtenir votre premier poste après le concours. Sachez-le, ce premier poste est important pour la suite de votre carrière. Il l’est, non seulement parce que c’est la réalisation de votre choix : celui de changer de métier, mais aussi, parce que le déroulement de votre carrière va partiellement dépendre du premier poste sur lequel vous serez affecté(e).

 En effet, cela fait quelques années déjà que les formateurs des personnels de direction ne peuvent plus dire, sincèrement, à toute une promotion que l’objectif à court terme est un poste de chef. Les réformes sur la retraite et quelques évolutions sociétales sont passées par là. Le « mouvement », comme l’on dit dans notre milieu, c’est-à-dire les possibilités de mutation, s’est considérablement restreint.

Il faut donc, assez tôt, réfléchir à l’inflexion que l’on veut donner à sa carrière. Pour cela, il convient de faire le point sur sa situation, sur celle des personnels de direction dans son ensemble, et prendre en compte un certain nombre de paramètres.

Il existe une maxime de la commission carrière : « Une carrière se construit individuellement… et se gère collectivement ! La carrière se gère individuellement… et se construit collectivement ! »

Première chose à savoir donc, il existe un syndicat dont l’expérience en la matière n’a pas d’équivalent, le nôtre, le SNPDEN ! Vous lisez ces lignes, il y a donc de grandes chances que vous le sachiez déjà. Néanmoins, à la lecture de cet Essentiel, vous mesurerez l’avantage à aller à la source de la bonne information. Au sein du SNPDEN, la commission carrière s’attache à vous rendre au mieux ce service qui consiste à vous donner les éléments pour gérer votre carrière, et ce jusqu’à votre retraite.

Deuxièmement, une carrière de personnel de direction ne se gère pas au gré des humeurs du moment : mieux vaut réfléchir en profondeur à ce que l’on veut, ce que l’on est prêt à faire ou pas, entre concessions familiales et professionnelles.

 Quels sont donc les éléments à prendre en compte ?

Les perspectives de carrière aujourd’hui, et de plus en plus à l’avenir, dépendront des choix initiaux. Il faut impérativement faire le point sur ses possibilités ou ses envies, ou pas, de mobilité, sur le type de poste que l’on envisage, sur le niveau de responsabilité que l’on souhaite assumer. Dorénavant, en effet, les opportunités de carrière seront différentes selon que l’on s’installe dans la fonction d’adjoint durablement ou pas, selon que l’on aspire à un type d’établissement ou à un autre : collège, lycée, lycée professionnel, REP+, petit ou gros établissement, etc. La question mérite d’être posée, et cela, mieux vaut le faire après avis des derniers commissaires paritaires (nous avons une équipe aguerrie au SNPDEN pilotée par Laurence Colin). Les contacts en académies sont aussi assurés par les secrétaires départementaux et leurs équipes avec à leur tête la/le secrétaire académique.

Par ailleurs, la vie de famille est indiscutablement peu ou prou impactée. Est-on prêt à se positionner au niveau national, au niveau régional ? Plus la mobilité sera grande dans le cours de la carrière, plus il y aura de possibilités. Il y a 15 ans, voire moins, on croyait pouvoir parier sur les nombreux départs à la retraite pour se rassurer sur les opportunités, nombreuses, de prétendre à un poste dans telle ou telle région, voire dans la ville de son choix. Les perspectives de déroulement de carrière doivent être considérées maintenant de façon plus rigoureuse, en tenant compte des évolutions à venir de notre métier et de la société. Prenons, par exemple, ce fait connu de tous : les départs à la retraite ont une fâcheuse tendance, ils sont de plus en plus tardifs ! Il faudra en tenir compte dans la gestion de votre carrière. Il faut clairement envisager d’être adjoint au moins sur deux postes avant d’espérer une nomination sur un poste de chef d’établissement.

Par ailleurs, le système éducatif évolue et évoluera de plus en plus vite. Les méga EPLE seront peut-être nombreux dans quelques années, qu’en sera-t-il du nombre de postes de chefs dans ce cas ? Notre métier actuel sera-t-il le même dans 15 ans ? Peu probable. Il a beaucoup changé depuis 2001, avec la mise en place du statut actuel des personnels de direction. Il sera tout autre dans 10 ou 15 ans à coup sûr. Or vous serez, vous, sortants de concours aujourd’hui, à l’acmé de votre carrière à ce moment-là ; il vaut mieux ne pas avoir de regrets…

Il convient donc, d’une part, de comprendre et d’assimiler tout de suite les bases de la gestion de carrière : comment se font les promotions et les changements d’emploi, d’autre part, d’envisager et de tenir compte des tendances de l’évolution du métier.

La commission carrière du SNPDEN se place dans cette perspective d’évolution. Nous analysons le déroulé de carrière tel qu’il existe, son intérêt, ses limites, voire ses dysfonctionnements, et nous faisons des propositions de réformes. Ainsi, nous travaillons à une autre gestion collective des carrières pour éviter la course à l’échalote permanente, qui veut que l’on passe souvent d’un poste à un autre pour des raisons financières plus que par l’attrait du poste.

Les dernières avancées salariales générées par les accords PPCR ont montré que notre démarche est la bonne. Votre carrière est mieux rémunérée, votre progression de salaire a gagné en rapidité et vous ouvre des perspectives plus intéressantes que vos aînés. La fusion de la première et de la deuxième classe évite désormais de piétiner une dizaine d’années sur un blocage de salaire. Cette classe unique facilite l’accès de quasiment tous les personnels de direction à la hors classe.

Le SNPDEN se félicite d’avoir aussi obtenu l’accès à la hors échelle B qui apporte une amélioration non négligeable de notre rémunération et ouvre des voies supplémentaires à une 3ème carrière potentielle.

Vous le constaterez : il n’est pas négligeable dans votre plan de carrière que le SNPDEN puisse influencer ou non les évolutions à venir. Le premier pas appelle les autres, rejoignez d’abord le SNPDEN, vous ne serez jamais seul(e) face à une difficulté ou un besoin très humain d’échanger entre pairs.

A bientôt, nous comptons sur vous, vous pourrez toujours compter sur notre collectif.