Sous la présidence de Jean-Marie Lasserre, secrétaire académique de Grenoble, les membres de la commission « vie syndicale » du BN (Lydia Advenier, Julie Bouvry, Patrick Cambier, Maryanick Debuire, Florence Delannoy, Isabelle Gonzales, Gwénaël Surel et Pascal Charpentier) présentent aux membres du CSN un panorama de l’actualité des thèmes suivis par la commission.

Le mandat que s’est donné la vie syndicale est placé sous le signe de la modernisation et de l’influence
« Modernisation » parce qu’il nous faut changer nos façons de faire en nous adaptant aux nouveaux outils, aux nouveaux adhérents, aux nouveaux modes de communication qui régissent, qu’on le veuille ou non, la société dans laquelle nous évoluons.
« Influence » parce que, si le syndicat est aujourd’hui reconnu au-delà de notre cercle fermé des personnels de direction, c’est parce qu’il a su, par ses idées, par sa présence, par la qualité de ses analyses, par son professionnalisme, s’imposer dans un environnement plus large qu’il a efficacement intégré.
L’action de la commission « vie syndicale » prévoit une organisation déclinée en 3 grands domaines (assistance aux académies, modernisation et organisation, formation et influence) et une répartition de ses membres qui est la suivante:

A noter que le BN s’est aussi organisé en pôles selon des missions transversales :
 

Les 3 grands chantiers de la commission «vie syndicale»

sur le mandat des 3 années à venir seront :
– la refondation des statuts et du RI,
– le développement de la formation,
– le suivi de la syndicalisation.
À cela s’ajoutera tout le travail de fond pour préparer les futures élections professionnelles et d’influence afin de faire avancer nos idées.

Le premier chantier d’ampleur que se fixe la commission porte sur la refondation des statuts et du règlement intérieur de notre syndicat

Les grandes orientations qui soutiendront leur évolution sont :

 – repenser la place des retraités et des lauréats,
– prévoir les évolutions  financières,
– revoir les articles R2 (place des adjoints) et R3 (place des femmes) pour une application plus forte,
– gérer la nouvelle gouvernance en repensant les liens entre le niveau national et le niveau académique,
– renforcer la notion de « syndicalisme de service »,
– intégrer de susceptibles évolutions telles que celle d’un syndicat de l’encadrement,
– prévoir éventuellement l’existence d’un centre de ressources et de formation.

Le calendrier prévisionnel pour la refondation des statuts et du RI sera le suivant :
• Novembre 2012 : lancement de la réflexion sur les statuts et le RI pour s’en emparer dans les académies avec ouverture d’un forum dédié sur le site ; appels à candidatures pour participer au groupe de travail (Composition du groupe de travail : 4 membres de la commission « vie syndicale »,  1 secrétaire général adjoint, 2 secrétaires académiques, 2 secrétaires départementaux, 2 experts ayant contribué à l’élaboration actuelle des statuts, 1 membre de la CNC).
• Décembre 2012 : création d’un groupe de travail composé d’experts et de SA/SD.
• Janvier à avril 2013 : premiers travaux de la commission et remontées des académies.
• Mai 2013 : présentation de l’état des travaux au CSN long et poursuite de la rédaction.
• Mai 2013 à janvier 2015 : présentation des nouveaux statuts et RI.


Le développement de la formation

C’est un dossier suivi par Isabelle Gonzales, responsable de notre plan de formation.
La commission « vie syndicale » prévoit l’organisation de 5 stages sur l’année, situés en 9 lieux différents. Un kit de formation, notamment à destination des collègues des territoires ultramarins, doit sortir pour la rentrée 2013.
Les demandes de nouvelles formations, selon les besoins ressentis dans les académies comme les talents et potentiels de formateurs repérés dans vos académies et susceptibles d’intervenir sur de nouveaux modules, seront à rechercher. N’hésitez pas à les faire remonter à Isabelle Gonzales.
Le suivi de la syndicalisation
C’est un dossier suivi par Gwénaël Surel.
Nous nous attacherons à donner une information la plus complète possible à l’ensemble des secrétaires académiques. Un nouveau logiciel devrait nous permettre de mieux suivre les adhésions et surtout leurs renouvellements à travers la carrière des personnels de direction en assurant un suivi individuel.

La communication

C’est un dossier par Florence Delannoy, responsable du site Internet et de la revue Direction.
Entre l’évolution du site, l’utilisation des forums pour être plus réactifs face aux problèmes rencontrés par les collègues et la rédaction de notre revue Direction, la communication reste une de nos priorités. Véritable vecteur de notre professionnalisme, elle contribue aussi à rompre l’isolement souvent inhérent à notre fonction et doit garder cette spécificité.

La laïcité, l’UNSA-Éducation…

Enfin, Joël Olive et Mariannick Debuire travailleront sur la laïcité alors que Patrick Cambier et Joël Olive suivront les relations UNSA-Éducation. Julien Maraval a été désigné par le Bureau national pour représenter notre organisation syndicale au sein du groupe d’intervention IDF (Ile-de-France) pour l’UNSA-Éducation en vue des élections 2014.

Et à ne pas perdre de vue…. les élections professionnelles ! C’est demain !

Normalement prévues fin 2014, elles se feront sous la bannière de l’UNSA, et la campagne se prépare dès maintenant ! Patrick Cambier, Pascal Charpentier et Joël Olive seront chargés plus spécifiquement de ce dossier.
Il nous a semblé par ailleurs pertinent, pour la réflexion de chacun, de faire état des questions posées par les académies à l’issue de cette présentation. Vous les trouverez ci-dessous.
Questions posées par les académies lors du CSN court de novembre 2012
• Orléans : sur le distinguo du gouvernement entre « laïcité » et « morale laïque », quelle est la position du SNPDEN ?
• Bordeaux : l’académie a enregistré + 10 % d’adhésions mais il y a une attente de retour sur investissement et d’engagement fort du syndicat sur notamment l’IF2R et la refondation.
• Créteil : le CSN court est à rediscuter ; il faut revenir aux CSN longs ou bien repenser les BN élargis.
• Guadeloupe : le kit est une bonne idée mais reste complémentaire des formations vivantes, notamment celle de Talence. Si, sur les frais de déplacements, certains sont même prêts à débourser, le BN ne peut-il organiser des solutions d’accueil et d’hébergement pour ces collègues avec les académies qui reçoivent les stages et pourraient recevoir des collègues en guise de solidarité, plutôt qu’ils ne paient aussi l’hôtel (système d’appel à réception de correspondants) ?
• Mayotte : même si la situation s’améliore suite au départ de l’ancien vice-recteur, la problématique de la laïcité perdure et reste forte.
• Aix-Marseille : demande, à propos de la formation, que les SA et les SD soient systématiquement informés des stagiaires qui participeront aux formations, ne serait-ce que parce qu’ils doivent en rembourser les frais, dispose d’un outil performant et utilisable pour l’envoi des mails en nombre car sont actuellement arrivés à saturation, demande aussi une réflexion sur le CSN court.
• Nantes : demande aussi à revoir le CSN court, qu’il soit plus participatif ; sur la laïcité, se sent particulièrement concernée et s’interroge sur la politique du MEN quant à la dualité scolaire.
• Philippe Guittet ex SG : pour le RI, la commission doit veiller à appliquer le R3 et respecter la parité ; sur le CSN court, le problème n’est pas son format mais sa modalité : il ne doit pas être un BN élargi ; il doit favoriser bien plus les échanges avec la salle et s’enrichir de motions.
• Limoges : sur CSN court, le mode montré par la commission VS est satisfaisant pour définir comment sera mené le travail dans les académies mais il n’y a pas assez de place faite aux remontées du terrain. Par ailleurs, conteste la remise au vote de motions précédemment refusées (par exemple la place des adjoints gestionnaires en commission « métier »).
• Grenoble : s’étonne de l’évolution de la syndicalisation quant au chiffre négatif des directeurs d’EREA, demande quelle en est l’explication ; sur l’intégration de la notion de « syndicat de service », pensait que c’était déjà totalement intégré ! Trouve par ailleurs anormal qu’un collègue (de Guadeloupe) paie son billet d’avion pour participer à une formation syndicale.
• Lyon : souhaite aussi une réflexion sur le CSN court et son efficacité. Le terrain doit s’exprimer et le CSN court ne le permet pas. Quant au BN élargi, là aussi les échanges ne sont pas suffisamment favorisés et son mode de fonctionnement est aussi trop descendant. Sur la communication, très « tendance », il faut faire attention à ne pas décrocher les moins branchés et en particulier les retraités.

La commission « vie syndicale » gardera en tête ces différentes questions qui sont autant de préoccupations exprimées par les académies et auxquelles elle s’efforcera d’apporter des réponses dans le cadre de ses travaux.

Pascal CHARPENTIER
Secrétaire national
pascal.charpentier@ac-lyon.fr